Site officiel de la Commune d'Arfeuilles


Histoire de la Madone

Le bourg d’Arfeuilles est dominé par deux collines : celle dite du Calvaire et celle dite de la Madone. Intéressons-nous plus particulièrement à cette dernière.

Les chrétiens s’y rassemblent le dimanche après le huit septembre. C’est la date à laquelle on commémore la naissance de la vierge Marie, mère de Jésus. On y célèbre une messe autour d’une chapelle surmontée d’une statue de la vierge. Cette chapelle est constituée par une construction en maçonnerie faite autour d’un trou censé représenter la grotte de Lourdes. Car, construite en 1875 cette chapelle était le témoignage de la ferveur religieuse qui fit suite aux apparitions de la vierge à Bernadette en 1858. Elle était aussi une réaction contre les spoliations perpétrées par les révolutionnaires.

la madonePourtant, vers 1930, le lieu était désigné par les anciens sous le vocable de chapelle Saint Pierre. Les cartes Michelin de cette époque signalaient le lieu sous le même vocable. Vers 1960, on disait : Madone de Saint Pierre ou Madone de Pétrassin, du nom du village voisin. Alors ?

La construction fut faite sur un rocher nu. Ce rocher dominant le bourg était nu, depuis que les révolutionnaires eurent vendu le terrain ainsi que les restes d’une chapelle à un paysan du village voisin des Treilles. Et c’était cette chapelle en ruine qui s’était appelée chapelle Saint Pierre pendant seize siècles durant lesquels elle fut à plusieurs reprises ruinée puis reconstruite. Mais pourquoi ?

Parce que vers l’an trois cent cinquante, Saint Martin, évêque de Tours, l’évangélisateur des Gaules se trouvait dans la région, lors d’un pèlerinage qui devait le conduire sur le tombeau de Saint Pierre, à Rome. Sur son passage, il s’employa à faire disparaître les cultes païens en faisant disparaître les objets du culte, en l’occurrence ici une pierre levée - un menhir - et à le faire remplacer par une chapelle qu’il fit dédier à Saint Pierre.

Mais qui avait planté cette Pierre en cet endroit ?

C’étaient les celtes ( les Gaulois ) qui occupaient la région et qui célébraient en ce lieu leur culte dont on ne connaît que peu de choses. Ces celtes étaient arrivés dans la région environ huit cents ans plus tôt.

Il y a donc près de vingt cinq siècles que des hommes se réunissent en ce lieu pour prier et chanter la gloire de leur dieu.

Croyants aussi bien que non croyants, nous sommes tous interpellés et c’est pourquoi ce site est un haut lieu de notre patrimoine.

François CHERVIN


haut de page

Photos: Jean-Pierre François

site Web:   www.small-world-websites.com