Site officiel de la Commune d'Arfeuilles


Histoire de l'église

On pense que c'est au cours du XIIè siècle que des moines de l'ordre de Cluny, déjà installés à CHATEL MONTAGNE, vinrent s'établir à Arfeuilles où ils fondèrent une petite communauté dans des bâtiment situés face au côté gauche de l'église actuelle. Ils construisirent sous le vocable de église Saint Pardoux la première église, là où se trouve l'église actuelle. Constituée par une seule nef romane, elle devait être de dimension assez réduite, le clocher placé pratiquement au-dessus du choeur était soutenu par d'énormes piliers. Par la suite, notamment au XVIè siècle, elle fut agrandie par la construction de deux nefs latérales, de chapelles et d'un nouveau choeur. Le clocher était surmonté d'une flèche pointue et dans une fenêtre du mur sud était placé un “Jacquemart” qui, mu par un mouvement d'horlogerie, sonnait les heures. Il n'y a malheureusement à notre connaissance aucune gravure ni photographie de cette ancienne église.

Pendant la révolution, par décision en date du 8 juillet 1794 (20 Messidor an II) l'ardeur des révolutionnaires fit perdre la flèche pointue qui surmontait le clocher, ainsi que deux cloches.

Pendant la première moitié du XIXè siècle, on ne songea guère à réparer les dégats causés par les ardeurs révolutionnaires et l'état de délabrement ne fit que s'accroître. L'augmentation de la population rendait l'édifice trop petit pour les célébrations importantes. En 1855 la vieille église vit arriver son plus farouche ennemi en la personne de … son nouveau curé, l'abbé BODARD. Après dix ans d'efforts, auprès de l'administration, de l'évêché et des paroissiens, après deux expertises par M. FREDETAT, architecte, et par trois artisans (maçons ou charpentiers pris à l'extérieur de la commune), il était enfin récompensé de ses efforts. Lors de la réunion du 8 février 1865, le conseil municipal interdisait l'exercice du culte dans “cette dégouttante étable” (texte de l'abbé Bodard lui même). Les célébrations furent alors faites dans l'école libre de garçons, lieu actuellement inclus dans les gîtes ruraux. Après de longues discussions, on décida de la démolition de l'ancienne église et de la construction d'une nouvelle sur l'emplacement de l'ancien édifice.

Les travaux ne commencèrent qu'en 1868. Le 26 mai, Mgr de DREUX BREZE posait la première pierre. On avait décidé que les travaux se feraient en deux tranches. La première fut achevée en 1870. Elle ne comprenait que le clocher et les trois église - intérieur nefs jusqu'au niveau des chapelles latérales. Le culte pouvait être célébré dans le nouvel édifice. curéd’ars Les travaux reprirent en 1880 pour la construction du choeur, des deux chapelles latérales et des deux sacristies. Ils furent achevés officiellement le 24 décembre 1882. Il avait fallu abattre un pâté de maisons qui touchait à l'ancienne église et dans lequel se trouvait la première mairie d'Arfeuilles. Le financement des travaux assez difficile à réaliser avait été fait par l'état, la commune et des dons des fidèles. Les vitraux furent entièrement offerts par les paroissiens. Ils furent installés entre 1870 et 1882. Ils sont l'oeuvre de différents vitralistes de la région: Crombak et Brunel de Moulins, Ch. des Granges de Clermont Ferrand et surtout deux réalisations du célèbre artiste de Tours: Lobin. On pourra en particulier s'arrêter devant le vitrail de Sainte Marguerite d'Ecosse qui fait l'admiration des spécialistes.

L'installation de l'éclairage électrique fut réalisée avant 1920.

En 1919 on acheta trois nouvelles cloches et leur bénédiction donna lieu le 10 août à des fêtes mémorables dont on peut encore trouver le souvenir sous forme de cartes postales.

église église - intérieur

Peu après, le curé d'alors, le chanoine JOUANNET, fit, en grande partie sur ses propres deniers, décorer l'intérieur de l'église par un peintre local M. Raymond MARTINEZ. Là est l'originalité de l'église. En effet, l'architecture est bien conventionnelle. De style néo-gothique, elle a été bâtie sur un plan-type utilisé, à quelques variantes près, environ quatre vingt fois dans le département à cette époque.

L'église actuelle est dédiée à Sainte Germaine, alors que l'ancienne l'était à Saint Pardoux. Ce changement est peut-être dû au fait que Sainte Germaine fut canonisée peu avant 1870.

 Association paroissiale Saint Pardoux 



haut de page

Photos: Jean-Pierre François

site Web:   www.small-world-websites.com