Site officiel de la Commune d'Arfeuilles


Histoire du Calvaire

Deux montagnes dominent le bourg d’Arfeuilles : La madone de Saint Pierre dénommée ainsi depuis le milieu du vingtième siècle après avoir été un lieu de culte en l’honneur de la vierge depuis le milieu du dix-neuvième siècle et après avoir été celui de Saint Pierre pendant de nombreux siècles. C’est un lieu très fréquenté par les promeneurs.

La seconde est le calvaire situé à peu prés au Nord Est du bourg. Du haut de ses 609 mètres d’altitude, elle domine nettement la première ( 539 mètres ) et à plus forte raison le bourg ( 425 mètres ).

le calvaire

Quand on veut “monter au calvaire” par la voie la plus directe, on part de l’entrée du camping et l’on emprunte le chemin dit : “Chemin des Chapelles”. Mais quel chemin et quelles chapelles ? Il s’agirait, d’après ce que j’ai pu entendre, d’un ancien sentier gallo-romain conduisant du bourg d’Arfeuilles à La Pacaudière, qui était vraisemblablement l’antique Ariolica. Quand on prend le soin d’observer attentivement le côté gauche du sentier, par endroits on constate la présence d’un mur peu élevé surmonté par un pavement en V, la pointe du V étant tournée vers le bas. Cela aurait été la chaussée de ce sentier. Pour des raisons inconnues, au cours le calvaire des vingt siècles écoulés, le passage des piétons se serait légèrement déplacé vers la droite en montant. Ce sentier est suffisamment raide pour laisser un souvenir chez tous le randonneurs qui après avoir laissé un car douillet sur la place de la gendarmerie se sont attaqué à cette “montée au Calvaire”.

Après avoir coupé le chemin empierré allant de Joubert à Favier puis à Lareure, le sentier continuait en ligne droite ( à l’heure actuelle, il a été intégré à un pré) avant de basculer sur l’autre versant de la montagne ( peut-être en direction de La Pacaudière). D’après de nombreux renseignements oraux glanés ça et là, c’est sur cette croupe où le sol sonne le creux, que l’on aurait trouvé de nombreux morceaux de briques, attestant de l’existence d’un le calvaire habitat ancien. C’est là que se seraient situées d’antiques chapelles Gallo Romaines. Les celtes, les Gaulois, vivaient sur les sommets des montagnes. On peut bien imaginer l’existence d’un village en cet endroit avec un lieu de culte à l’emplacement du calvaire actuel. Une pierre y était peut être levée…

Que s’est il passé jusqu’à cette année 1931 au cours de laquelle une “mission” fut prêchée et qui fut l’occasion de l’implantation du calvaire actuel ? Y avait-il déjà une croix en bois ?… Il y eut beaucoup de difficultés pour monter et installer la haute croix métallique et les trois statues : Marie, mère de Jésus, Marie Madeleine et Saint Jean.

Toute précision qui pourrait être apportée serait la bienvenue.

François CHERVIN


haut de page

Photos: Jean-Pierre François

site Web:   www.small-world-websites.com